Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/01/2015

Lecture - spectacle CONVERSATIONS

Encore plus en ce moment l'humour, le second degré, la dénonciation de la bêtise humaine sont salutaires...

Mercredi 21 janvier à 18 h.
Jeudi 22 janvier à 18 h.
Vendredi 23 janvier à 18h
Samedi 24 janvier à 17 h.
- ENTREE LIBRE -


C'est Dubillard

Dans les années 1950 - l'immédiate après-guerre - une multitude de petites salles de théâtre ouvrit à Paris Rive Gauche (en regardant vers l'embouchure de la Seine). Des inconnus y proposèrent, devant vingt spectateurs, des textes qui vingt ans plus tard se joueraient dans le monde entier. Ils avaient noms : Audiberti, Tardieu, Ionesco, Beckett, Dubillard, et ils écrivaient Rhinocéros, La Cantatrice chauve, Le mal court, En attendant Godot, Le théâtre de chambre, Les Diablogues, etc.
A côté des salles classiques et du théâtre de boulevard, ces auteurs voulaient dire autre chose et autrement. Parce qu'ils avaient connu la guerre, l'Occupation, la censure, Auschwitz et Hiroshima, la vie n'avait plus de sens, le ciel était vide, le mal était partout et l'individu ressemblait à L'Homme qui marche de Giacometti, silhouette filiforme en creux et bosses mais debout et allant de l'avant. On appela ce théâtre, le théâtre de l'absurde.
Nous en avons tiré un spectacle : celui d'une conversation ininterrompue entre trois personnages à la présence sans réalité, et qui, sans s'en rendre compte, passent de l'univers de Ionesco à celui de Dubillard, pour aboutir chez Tardieu. A coups de lieux-communs, d'images toutes faites, de fausse logique, de bavardage inutile, mais aussi de réflexions inattendues, de dia[b]logues brefs et percutants, ils stigmatisent la bêtise, ils révèlent l'absurde derrière le banal dans une fête de mots proche du bouillonnement destructeur des Marx Brothers. Un comique amer comme celui de Molière. Tout un art pour arracher le rire de la lucidité.
C'est insolent, insolite, burlesque.
C'est Ionesco, c'est Tardieu,
c'est Dubillard.

Jacques Galaup

Avec Jean-Baptiste Artigas, Roger Avalos, Anne-Marie Perez
Maison Joë Bousquet 53 rue de Verdun Carcassonne


Colonneverte.png

Les commentaires sont fermés.