Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/12/2012

Lecture-spectacle

280_50866_vignette_Proust-SIPA-00417089-000001-R.jpgLa cie Magritt' et la cie Pech-Mary présente "Joë Bousquet et Marcel Proust"
Les 18, 19, 20, 21 décembre à 18h et le 22 décemnre à 17h au centre Joë Bousquet à Carcassonne - 53 rue de Verdun. Entrée libre.JO-BOU~1.JPG


Lits et ratures *
e point de départ fut la chambre, la chambre d’écriture.
En effet la paralysie ramenée de la guerre 14-18 contraint Joë Bousquet
à vivre alité dans sa chambre de la rue de Verdun à Carcassonne,
les trente dernières années de sa vie. Et la maladie, la madeleine et
la peur de n’avoir pas le temps de terminer son oeuvre, poussent
Marcel Proust à se retirer dans sa chambre du boulevard Haussman
à Paris, les dix dernières années de sa vie.
Deux écrivains, assis dans leur lit à écrire, à raturer, nuit et
jour. La chambre devenant pour tous les deux, comme pour l’alchimiste,
le creuset où se réalisent l’homme et l’oeuvre, le creuset où
s’élabore le grand oeuvre, «le magnus opus» qui assurera l’éternité,
c’est-à-dire la postérité.
La mise en parallèle des deux chambres était tentante : mêmes
lourdes tentures, mêmes fenêtres closes, même fumée, même lumière
théâtrale, même mise en scène du lit, même nuit pour le jour,
même lieu du verbe, mêmes jeunes filles en fleur, même humour au
coin des lèvres... Autant de convergences montrant poétiquement
que ces deux vies parallèles se rejoignent.
A cette fin nous avons construit notre lecture-spectacle sur
des textes de Joë Bousquet et de Marcel Proust entrecroisés avec les
témoignages de ceux qui ont relaté leur expérience de visiteur. Alors
chambre double, chambre noire, chambre à part, chambre de commerces,
chambre avec vues ? Tout cela, sans doute. Mais la voix des
comédiens jouant la partition bousquetoproustienne nous inviterait
plutôt à la musique de chambres.
* Titre de la revue surréaliste «Littérature» Parue en 1922 sous ce graphisme.
Jacques Galaup
2012chambrejoebousquet1206519502.jpg

Les commentaires sont fermés.