Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/12/2010

Lecture Fernando Pessoa

93px-FP1912.jpgLe fascinant poète portugais Fernando Pessoa, "voyageur immobile" ne s'est jamais rendu à Venise (à ma connaissance en tout cas). Portugal 174.jpg
Portugal 142.jpgSa ville de prédilection, Lisbonne, est, comme Venise, un lieu à part dont l'ouverture marine, avec sa tour de Belem, invite au voyage imaginaire et au rêve, un lieu encore hors du temps un peu mélancolique et très émouvant. Portugal 167.jpgPortugal 043.jpg

Pour les amoureux du poète et les amoureux de poésie, les "happy few", lecture par la compagnie Magritt' au centre Joë Bousquet, chez cet autre "voyageur immobile", à Carcassonne, au 53 rue de Verdun, les jeudi 16 décembre, vendredi 17 décembre à 18h et samedi 18 décembre à 17h. Entrée gratuite.
"Pessoa, en portugais, signifie personne. Evidemment, dès l’enfance, Fernando Pessoa voulut être quelqu’un. Mais très vite il sut qu’il était quelques uns. Alors, pour être l’Autre, il choisit une démarche extra-ordinaire : il s’inventa des doubles, ses hétéronymes qui écrivirent « à sa place » et il fit publier leurs œuvres sous leurs noms, choisissant, lui, d’être un poète sans lecteurs, un écrivain sans éditeur.
Pessoa écrivait devant sa fenêtre lisboète, nuit après nuit, des milliers de pages, au parfum de saudade, qu’il entassait dans une malle. Diabolique machination de cet obscur aide-comptable, connu seulement des habitués des cafés littéraires du Lisbonne des années 1910-1935, spectateur de la vie et plus à l'aise dans le langage que dans le monde réel. Diabolique machination car l’ouverture posthume de la malle « une malle pleine de gens » lui ouvrit les portes de l’immortalité.
Aujourd’hui Lisbonne n’en finit pas de le célébrer – pour se faire pardonner de ne l’avoir pas reconnu en son temps ? Il n’est que de se promener dans sa ville pour voir combien il y est présent et vivant. Son dernier appartement rua Coelho da Rocha transformé en musée, avec chambre reconstituée, exposition permanente, conférences. Un itinéraire municipal qui propose de monter dans l’Electrico 28 - un des tramways jaunes – pour relier les divers Lugares do Pessoa : lieux de travail, appartements, cafés de la Baïxa. Les kiosques de rue qui vendent son portrait en « magnet » que l’on aimantera sur son frigidaire. Dans la rua Garrett les librairies qui affichent les dernières éditions des œuvres complètes( ?) de Pessoa à côté de celles de ses hétéronymes. Et à la terrasse du célèbre café A Brasiliera, il est assis, en bronze grandeur nature, sur une chaise : l'Immobilité éternelle opposée à la vitesse futile de notre époque.
Ironique et ultime revanche de la postérité, lui qui vécut, poète inconnu, les trente dernières années de sa vie sans jamais quitter Lisbonne, repose maintenant au monastère-panthéon dos Jeronimos , au bord du Tage, tout à côté du tombeau du plus illustre navigateur portugais Vasco de Gama, sans doute parce qu’à sa manière, ce piéton de Lisbonne fut aussi un grand voyageur." Jacques Galaup
Janvier 2O11

Rabsuitsuit 003.jpg
Pessoalecture 003.jpg

Photos Florence Brieu-Galaup, tous droits réservés.

Les commentaires sont fermés.